6 avril 2008

Publié le par JAGLIN

Les élections municipales approchent

20 avril théoriquement.

Mais auront elles lieu ?

Une affaire troublante fait la une des journaux :

Le vol de 50000 cartes d'électeurs à Cotonou,

L'emprisonnement d'une personne de l'opposition

Sans mandat et par un commissaire en dehors de son district.

Affaire à suivre.

 

La presse à Cotonou, ce sont de nombreux quotidiens

Difficiles à trouver

Pas de « maison de la presse », seulement des vendeurs dans la rue.

Tirages très limités

et contenus extrêmement légers.

Titres accrocheurs mais vide sidéral dans l'article.

 

Samedi matin, soleil

puis peu à peu le ciel s'obscurcit

la pénombre s'installe,

Plus d'électricité plus d'eau.

Rafales de vent (agréable !)

Et la pluie, violente.,

Le tonnerre gronde.

La « saison des pluies » est là.

 

Les coupures électriques persistent quotidiennement

ce qui n'est pas pour faciliter l'informatisation des tribunaux.

Lors de la dernière réunion avec les responsables locaux de l'UE,

il a été envisagé de financer des groupes électrogènes.

Benoîtement, je m'étonnais de l'absence de technologies solaires

Mais il semblerait que la poussière, omniprésente, pose problème.

 

Depuis hier, j'essaie de faire une lessive

De coupures d'eau en coupure d'eau.

Les bonbonnes d'eau bleues placées sur las bâtiments des "plus riches"

Sont là pour témoigner.

Le circuit de l'eau est complètement aléatoire.

 

Découverte de nouveaux quartiers de Cotonou ce dimanche après midi

Au hasard.

Je traverse une nouvelle fois la voir ferrée

Toujours utilisée

Mais bordée de vendeurs en tout genre.

Endroit, dit on dangereux pour les touristes

Enfin le peu de touristes présents…

 

Les rues sont un peu plus calmes le dimanche

Sauf du côté de Dantopka, le méga marché

Envie de prendre des photos vite refreiné.

La pauvreté est trop criante .

On y vend de tout

De l'héroïne,

Du change,

Des légumes

Des montres

Des chaussettes

Des draps,

Des fruits

Du poisson surgelé en plein soleil

Sur des étals fait de quelques planches

Au milieu de la poussière,

Du bruit

Des motos, taxis vert et jaunes,

Des vendeurs à la sauvette.

 

 

Remonte ensuite sur Cadjehoun

Mon quartier.

Abordé par une voiture.

Pas reconnu

C'était le plombier envoyé par le propriétaire, la veille

Pour réparer des toilettes

M'a proposé de me ramener.

Cotonou semble petit

On y croise souvent des gens qui nous ont vu une seule fois.

La rareté des blancs doit certainement en être la raison

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Quelle vie, on ne s 'imagine pas à quel point la pauvreté oeuvre encore... C'est une leçon de vie. Sinon les beninois sont-ils accueillants. Je te souhaite bon courage pour tes formations si tu as besoin d'un adjoint....
Répondre